L’info du lundi : plus c’est cher, plus c’est bon

La relation prix/qualité

Selon une étude menée par l’Institut européen d’administration des affaires en collaboration avec l’université de Bonn, un vin nous semblerait bon non pas parce que son goût est définitivement excellent… plutôt parce qu’on l’a payé cher. Autrement dit, lagréabilité du vin à petit budget augmentait lorsqu’il est présenté avec un faux prix plus élevé.

Dommage que l’étude complète ne soit pas disponible en libre accès. Cependant son résumé nous précise que : “Alors que les cotes d’agrément ne différaient pas pour les informations ouvertes et l’absence d’informations sur les prix, la hausse des prix trompeurs des vins à bas prix a considérablement influencé les cotes d’agrément, tandis que la baisse des prix trompeurs du vin à prix élevé n’a eu aucun effet sur les notes d’agrément. Ainsi, les informations sur les prix influencent de manière différentielle l’expérience subjective du consommateur du vin, sans effet sur l’intensité des cotes gustatives et sans effet sur les cotes d’agrément avec des informations de prix correctes ou inexistantes, mais un agrément accru du vin à bas prix lorsqu’il est doté d’un prix plus élevé trompeur. Ainsi, dans le vin peut reposer la vérité, mais son expérience subjective peut aussi résider dans le prix.”

Evidemment, c’est écrit par des scientifiques, donc pas toujours limpide mais on comprend bien le sens…. Dans l’attente d’avoir accès au contenu intégral de l’étude.

L’article de la Revue Food Quality and Preference (en anglais)

Partagez cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *